Communauté francophone de wargaming


    La Cavalerie Impériale

    Partagez
    avatar
    [Grognard]_Liberalis
    Maréchal

    Général en chef des Grognards
    Maréchal Général en chef des Grognards

    Nombre de messages : 7715
    Age : 34
    Localisation : Kremlin, Russie
    Date d'inscription : 23/09/2006

    La Cavalerie Impériale

    Message par [Grognard]_Liberalis le Mar 20 Jan 2009 - 12:30

    Chasseurs à cheval de la Garde












    -Chasseur
    à cheval (cavalier)

    -Trompette
    en grande tenue






    Issus de l'escadron des Guides formé par Bonaparte sous le Consulat,
    c'est par un décret du 29 juillet 1804 que le régiment devient
    "chasseurs à cheval de la Garde Impériale". Le régiment est
    composé de 9 escadrons : les 5 premiers de la Vieille Garde, les autres
    de la Jeune Garde. Les Mamelouks, rattachés à cette unité, en forment le
    10ème escadron.






    Surnommés les "Enfants chéris de l'Empereur", le régiment des
    chasseurs à cheval était l'unité préférée de Napoléon, ce qui faisait
    d'eux une unité d'élite très enviée et entièrement dévouée à Napoléon.



    -Chasseurs
    à cheval (officiers en grande et petite tenue)




    Constituée de cavaliers émérites, cette unité était chargée d'assurer la
    protection rapprochée de l'Empereur. Un peloton formé d'un lieutenant, 1
    maréchal des logis, 2 brigadiers, 22 chasseurs et un trompette, accompagnait
    l'Empereur dans tous ses déplacements et assurait sa sécurité.























    -Napoléon
    regarde avec sa lunette, appuyé sur l'épaule d'un chasseur à cheval
    de la Garde




    Les chasseurs à cheval de la Garde portent un uniforme à la
    "hussarde" : La pelisse, de couleur écarlate, est bordée de fourrure
    noire avec tresses aurores. Le dolman, en drap vert, est à parements rouges
    avec 18 boutons jaunes et tresses aurores.



    Le gilet est rouge à tresses aurores. La culotte, ajustée, est à "la
    hongroise", de couleur jaune. Les bottes noires, également à "la
    hongroise", sont ornées d'un gland aurore.





    Les chasseurs à cheval sont coiffés d'un colbach en ourson noir orné d'une
    flamme écarlate et d'un plumet vert et rouge fixé dans une ganse dissimulée
    derrière une cocarde tricolore.












    Chasseurs à cheval de la
    Garde devant la tente de l'Empereur






    L'armement comprend un sabre courbe de cavalerie légère, un mousqueton et une
    paire de pistolets.




















    Tapis de selle d'officier

    Tapis de selle de cavalier






    L'équipement se compose d'une giberne et de sa banderole de buffle blanchi et
    piqué et d'une sabretache à fond vert aux armes de l'Empereur et brodée d'un
    galon jaune.


    Dernière édition par [Grognard]_Liberalis le Mar 20 Jan 2009 - 12:43, édité 1 fois


    _________________
    "The golden rule is that those who have the gold, make the rules."


    "Il n'est jamais trop tard quand il s'agit d'admirer Vladimir Poutine."
    Jean-Charles Ier Von Preussen, dictateur et libertin
    avatar
    [Grognard]_Liberalis
    Maréchal

    Général en chef des Grognards
    Maréchal Général en chef des Grognards

    Nombre de messages : 7715
    Age : 34
    Localisation : Kremlin, Russie
    Date d'inscription : 23/09/2006

    Re: La Cavalerie Impériale

    Message par [Grognard]_Liberalis le Mar 20 Jan 2009 - 12:32

    Grenadiers à cheval












    -Grenadiers
    à cheval (Trompette et cavalier)




    Les Grenadiers à cheval forment la cavalerie lourde de la Garde Impériale.
    Montés sur de grands chevaux noirs, on les surnomment les "Gros
    Frères" ou les "Gros Talons".





    Le régiment des Grenadiers à cheval de la Garde Impériale est créé par
    décret du 18 mai 1804 qui transforme la Garde des Consuls en Garde Impériale.





    Le 1er août 1811, l'effectif du régiment est porté à cinq escadrons de 250
    hommes chacun.








    La sélection, pour être admis dans cette unité d'élite, est sévère ; il
    faut au moins 12 ans de service, justifier d'une conduite exemplaire et avoir
    une taille de 5 pieds 5 pouces, soit 1,75 m environ.






    L'uniforme est semblable à celui des grenadiers à pied. Les grenadiers à
    cheval de la Garde sont coiffés du bonnet "d'oursin". Dépourvu de
    plaque, il est fait en peau d'ours noir à fond écarlate orné d'une croisette
    aurore. Sur le devant du bonnet est fixé un gland en laine aurore et sur les
    côtés une jugulaire en écailles de cuivre est maintenue grâce à deux
    rosaces.

























    Un cordon natté à raquettes aurore, maintenu par deux lacets de cuir
    placés l'un près de la rosace de la jugulaire gauche, l'autre en haut et à
    droite du bonnet, traverse la coiffure de bas en haut.



    En grande tenue, le grenadier fixe à son bonnet un plumet écarlate dans un
    gousset dissimulé par une cocarde tricolore en forme de pompon.





    L'habit est de drap bleu avec collet de même couleur, sans liseré. Les
    parements sont écarlates et garnis d'une patte de parements blanche à trois
    pointes. Les revers sont blancs passepoilés de blanc et les retroussis,
    écarlates, sont ornés de grenades brodées en laine aurore. Les poches sont en
    long, simulées par une passepoil écarlate. Les grenadiers à cheval portent
    l'épaulette en laine aurore, et sur l'épaule gauche, une contre épaulette
    maintient une aiguillette également en laine aurore.








    Sous l'habit, la veste est de drap blanc, fermée par 12 boutons. La culotte est
    de daim à grand pond, et les bottes fortes à tige lisse d'une seule pièce.











    Brigadier des grenadiers de
    la Garde en grande tenue


    (Infographie
    d'André JOUINEAU)









    L'armement comprend un sabre à garde de bataille et légèrement courbe,
    une paire de pistolets, un fusil et une baïonnette.





    Cavalerie de choc de la Garde, les Grenadiers à cheval s'illustreront par leurs
    charges dévastatrices, notamment à Austerlitz et à Eylau.


    _________________
    "The golden rule is that those who have the gold, make the rules."


    "Il n'est jamais trop tard quand il s'agit d'admirer Vladimir Poutine."
    Jean-Charles Ier Von Preussen, dictateur et libertin
    avatar
    [Grognard]_Liberalis
    Maréchal

    Général en chef des Grognards
    Maréchal Général en chef des Grognards

    Nombre de messages : 7715
    Age : 34
    Localisation : Kremlin, Russie
    Date d'inscription : 23/09/2006

    Re: La Cavalerie Impériale

    Message par [Grognard]_Liberalis le Mar 20 Jan 2009 - 12:34

    1er Chevau-lanciers (Lanciers Polonais)










    -Lancier
    polonais de la Garde







    En décembre 1806, l'Empereur pénètre dans Varsovie. Une garde d'honneur,
    composée de noble polonais, est aussitôt formée. Elle a pour but
    d'assurer la sécurité de Napoléon, conjointement avec sa Garde, durant son
    séjour en Pologne.



    L' Empereur, impressionné par la tournure de ces cavaliers dans leur tenue si
    caractéristique, décrète la formation d'un régiment de cavalerie polonaise
    et de l'intégrer à la Garde Impériale.






    A sa création le 2 mars 1807, le régiment est à quatre escadrons. Le 11 mars
    1812, un cinquième escadron est formé.




    -Cavalier
    des lanciers polonais de la Garde



    En 1809, après l'adoption de la lance, l'unité prend le nom de
    "chevau-légers polonais de la Garde", puis lorsqu'en 1811, un
    deuxième régiment ("Lanciers rouges") est créé, il devient le
    "1er régiment des chevau-légers lanciers polonais de la Garde
    Impériale".



    Cette unité d'élite entrera dans la légende napoléonienne grâce à sa
    bravoure et à sa fidélité à Napoléon. Ils s'illustreront notamment par une
    charge héroïque et meurtrière en Espagne à la bataille de Somosierra en
    1808.























    -Lancier
    polonais de la Garde en tenue de campagne

    (Infographie
    d'André JOUINEAU)




    L'uniforme est typiquement d'inspiration polonaise. Les deux couleurs dominantes
    sont le bleu turquin et le cramoisi rehaussés de blanc.








    Les lanciers polonais sont coiffés de la Czapka, coiffe typiquement polonaise
    qui se caractérise par son commet carré. Elle est gainée de drap écarlate
    cannelé avec un bandeau de cuir noir. La visière, de cuir fort noirci, est
    cerclée de laiton. Les galons et soutaches sont en laine jaune et les angles du
    plateau renforcés de fleurons de laiton. La gourmette jugulaire, composée
    d'anneaux entrelacés, est doublée de drap écarlate. Elle est maintenue par
    deux rosaces latérales en laiton estampées de gueules de lion. La gourmette
    peut être maintenue relevée grâce à un crochet fixé au coin droit du
    plateau.










    La Czapka est garnie d'une plaque de laiton rayonnante dont le centre
    de cuivre argenté comporte un "N" couronné. La garniture comprend un
    cordon à glands et à raquettes de laine blanche et un plumet blanc. Le côté
    gauche est orné d'une cocarde tricolore avec en son centre une croix de Malte
    argentée.












    La veste, moulante et courte, est appelée Kurtka. Elle est confectionnée en
    drap bleu turquin avec collet, revers, parements (en pointe) et retroussis
    cramoisis. Les revers sont bordés d'un galon d'argent.



    Les chevau-légers portent une aiguillette de fil blanc montée en trèfle. La
    contre-épaulette, de même matière, est liserée de cramoisi.








    Le pantalon est de drap bleu turquin bordé latéralement de deux galons
    cramoisis. En tenue de campagne, est porté un second pantalon, également de
    drap bleu turquin, mais garni d'une basane de cuir à l'entrejambe et au bas.
    Les côtés s'ouvrent entièrement grâce à 18 gros boutons d'étain de chaque
    côté.
















    Le gilet, porté sous la kurtka, est entièrement bleu et dépourvu de manches.



    Le manteau, de drap blanc, comporte une rotonde et un haut collet cramoisi.














    L'armement du chevau-légers lanciers polonais comprend un sabre, du modèle des
    chasseurs à cheval de la Garde, une paire de pistolets, un mousqueton et une
    lance garnie d'une flamme rouge et blanche.












    La lance, arme de prédilection de la cavalerie polonaise, s'avère une arme aux
    effets meurtriers entre les mains d'un cavalier bien entraîné. La distance de
    sécurité qu'elle donne à son utilisateur lui octroie une impression de
    sécurité et un surcroît d'ardeur, tandis que le fanion coloré effraie la
    monture de l'adversaire.






    L'équipement se compose de la buffleterie de buffle blanc, piqué comme pour
    toute la Garde Impériale et d'une giberne ornée d'une aigle.


    _________________
    "The golden rule is that those who have the gold, make the rules."


    "Il n'est jamais trop tard quand il s'agit d'admirer Vladimir Poutine."
    Jean-Charles Ier Von Preussen, dictateur et libertin
    avatar
    [Grognard]_Liberalis
    Maréchal

    Général en chef des Grognards
    Maréchal Général en chef des Grognards

    Nombre de messages : 7715
    Age : 34
    Localisation : Kremlin, Russie
    Date d'inscription : 23/09/2006

    Re: La Cavalerie Impériale

    Message par [Grognard]_Liberalis le Mar 20 Jan 2009 - 12:36

    Dragons de l'Impératrice










    -Officier
    et trompette des dragons de l'impératrice







    Le régiment des dragons de la Garde a été créé le 15 avril 1806 et
    présenté à l'Impératrice Joséphine qui en deviendra la marraine, le 11
    septembre 1806.





    En 1812, fort de 1179 hommes répartis en 5 escadrons, il fera la Campagne de
    Russie sous les ordres du général Saint-Sulpice. Le régiment sera presque entièrement
    décimé à la fin de la campagne.







    Les dragons de l'Impératrice portent un habit de drap vert avec collet de même
    couleur, revers blancs, retroussis, parements et passepoils écarlates. Les
    pattes de parements sont blanches à trois pointes et les retroussis sont ornés
    d'une grenade brodée en laine aurore. L'habit comprend également les
    épaulettes et l'aiguillette aurore portée côté droit.



















    Cavalier des dragons de la
    Garde en grande tenue avec une brisque d'ancienneté


    (Infographie
    d'André JOUINEAU)

    Officier des dragons de la
    Garde


    (Infographie
    d'André JOUINEAU)













    -Ceinturon,
    porte baïonnette, sabre, casque à "la Minerve" et giberne







    Le casque, "à la Minerve", comprend un cimier, dont la plaque
    frontale est ornée d'une aigle couronnée, et des jugulaires d'écailles. Un
    bandeau en peau de léopard (véritable pour les officiers, en imitation pour
    les sous-officiers et les soldats) ceint la base du casque. En grande tenue, les
    dragons de la Garde arborent un plumet écarlate.








    La veste est en drap blanc et la culotte de daim à grand pont.





    L'équipement se compose de la giberne et des buffleteries blanchies et piquées
    : banderole porte giberne et ceinturon porte baïonnette et sabre. Ce
    dernier est en sautoir en tenue de service. La giberne est ornée d'un écusson
    en losange frappé de l'aigle impériale couronnée.





























    Sous-officier en redingote

    (Infographie
    d'André JOUINEAU)

    Tenue d'écurie

    (Infographie
    d'André JOUINEAU)

    Dragon en tenue de garde
    revêtu de la capote de guérite


    (Infographie
    d'André JOUINEAU)







    L'armement comprend un sabre, du même modèle que celui des grenadiers à
    cheval, une paire de pistolets et un fusil et sa baïonnette.


    _________________
    "The golden rule is that those who have the gold, make the rules."


    "Il n'est jamais trop tard quand il s'agit d'admirer Vladimir Poutine."
    Jean-Charles Ier Von Preussen, dictateur et libertin
    avatar
    [Grognard]_Liberalis
    Maréchal

    Général en chef des Grognards
    Maréchal Général en chef des Grognards

    Nombre de messages : 7715
    Age : 34
    Localisation : Kremlin, Russie
    Date d'inscription : 23/09/2006

    Re: La Cavalerie Impériale

    Message par [Grognard]_Liberalis le Mar 20 Jan 2009 - 12:37

    Mameluks

















    En Egypte, séduit par la folle bravoure de ces fougueux cavaliers, Bonaparte décide
    d'incorporer les mamelouks dans sont armée.



    Silhouettes chamarrées et insolites, les mamelouks seront de toutes les
    campagnes de l'Empire et entreront dans toutes les capitales d'Europe.



    Au fil du temps, leur nombre allant décroissant, de nombreux français seront
    incorporés chez les mamelouks.




    -Mamelouk
    de la Garde Impériale








    Le décret du 29 juillet 1804, qui réorganise la Garde Impériale, prévoit que
    la compagnie des mamelouks serait attachée au régiment des chasseurs à
    cheval.



    En 1812, 75 mamelouks participeront à la Campagne de Russie sous les ordres du
    général Guyot.






















    -Mamelouk
    dessiné par Zimmermann




    Le costume des mamelouks, aux couleurs vives, comprend tout d'abord la coiffe,
    appelée "cahouc", sorte de shako, qui est un fût cannelé recouvert
    de drap vert ou rouge, dépourvu de visière, et dont la base est
    entourée d'un "schâl" de mousseline blanche formant un turban.






    Le "béniche" de soie est une chemise à longues manches enfilée dans
    un pantalon bouffant nommé "charoual" de couleur rouge ou blanche.
    Par dessus le "béniche", le mamelouk porte un "yolek",
    gilet sans manche orné de broderies d'or ou d'argent.



    Le pantalon est maintenu par une large ceinture de soie qui porte le nom de
    "hezam".



    Les bottines, ou "khouffs", sont en maroquin cramoisi, jaune ou vert.



    Hormis la couleur du cahouc et du charoual qui est à peu près uniformisée, le
    reste du costume est fait de diverses couleurs allant du rouge au vert en
    passant par le bleu. On imagine aisément la bigarrure de cette troupe
    orientale.





    -Sabre
    courbe à la Turque





    Au combat, le mamelouk dispose d'un véritable arsenal : un sabre courbe à la
    turque, un tromblon, un poignard, une paire de pistolets d'arçon et une paire
    de pistolets portée soit à la ceinture, soit dans un étui appelé "koubour".
    Le type des armes n'est pas uniforme; chaque cavalier possédant ses propres
    armes.































    Deux pistolets dans un
    "koubour"

    Poignard

















    Tromblon


    _________________
    "The golden rule is that those who have the gold, make the rules."


    "Il n'est jamais trop tard quand il s'agit d'admirer Vladimir Poutine."
    Jean-Charles Ier Von Preussen, dictateur et libertin
    avatar
    [Grognard]_Liberalis
    Maréchal

    Général en chef des Grognards
    Maréchal Général en chef des Grognards

    Nombre de messages : 7715
    Age : 34
    Localisation : Kremlin, Russie
    Date d'inscription : 23/09/2006

    Re: La Cavalerie Impériale

    Message par [Grognard]_Liberalis le Mar 20 Jan 2009 - 12:39

    2ème Chevau-légers (Lanciers Rouges)









    -Trompette et cavalier des
    chevau-légers-lanciers de la Garde


    Par décret du 13 septembre 1810, après l'annexion par la France de la
    Hollande, le 1er régiment de hussards hollandais est incorporé dans la Garde
    Impériale sous le nom de 2ème régiment de chevau-légers lanciers, après le
    1er régiment polonais.




    Plus connu sous le nom de lanciers rouges, cette unité est également appelée
    "lanciers hollandais" de par son origine.



    En 1812, le régiment compte 5 escadrons, sous les ordres du général Colbert.



    -Cavalier des "Lanciers
    rouges"


    (Infographie
    d'André JOUINEAU)



    En 1811, les lanciers du 2ème régiment adoptent un uniforme identique à celui
    du 1er régiment, tout en conservant la couleur écarlate de l'uniforme des
    hussards hollandais.























    Les lanciers rouges portent donc un uniforme à la polonaise avec la Czapka,
    coiffe à pavillon carré et gainée de toile écarlate, pourvu d'une visière
    cerclée de laiton. On retrouve la plaque de laiton rayonnante dont le centre de
    cuivre argenté supporte un "N" couronné. La garniture comprend un
    cordon à raquettes de laine jaune et un plumet blanc fiché au-dessus de la
    cocarde.



    La veste polonaise, appelée Kurtka, est en drap écarlate avec collet, revers,
    parements et retroussis bleu foncé.








    L'aiguillette, l'épaulette, les brides d'épaules et d'aiguillettes sont en
    laine jaune.



    Le pantalon est de drap écarlate à grand pont et bordé aux coutures
    extérieures d'une liseré bleu souligné par deux bandes de même couleur,
    laissant apparaître un espace étroit du fond écarlate. Le pantalon de route
    est en drap bleu foncé garni de veau noirci à l'entrejambe et bordé à
    l'extérieur par une bande de drap écarlate.












    Les lanciers sont équipés de buffleteries blanches, piquées en bordure comme
    dans toute la Garde, et d'une giberne de cuir noir dont la patelette est ornée
    d'une aigle couronnée en laiton.



    L'armement comprend le sabre de la cavalerie légère de la Garde, d'une lance
    à flamme blanche et rouge et un seul pistolet (modèle an XIII).


    _________________
    "The golden rule is that those who have the gold, make the rules."


    "Il n'est jamais trop tard quand il s'agit d'admirer Vladimir Poutine."
    Jean-Charles Ier Von Preussen, dictateur et libertin
    avatar
    [Grognard]_Liberalis
    Maréchal

    Général en chef des Grognards
    Maréchal Général en chef des Grognards

    Nombre de messages : 7715
    Age : 34
    Localisation : Kremlin, Russie
    Date d'inscription : 23/09/2006

    Re: La Cavalerie Impériale

    Message par [Grognard]_Liberalis le Mar 20 Jan 2009 - 12:40

    Gendarmes d'élite de la Garde












    -Gendarmerie
    d'élite (caporal)













    La Gendarmerie nationale est réorganisée par arrêté du 12 thermidor an IX
    (31 juillet 1801) en 27 légions dont une d'élite.



    Le 3 juin 1801, la légion de gendarmerie d'élite entre dans la Garde des
    Consuls ; unité de cavalerie lourde, elle est assimilée aux grenadiers à
    cheval. En 1804, elle rejoint la Garde Impériale.





    La gendarmerie d'élite à cheval de la Garde, forte de 391 hommes répartis en
    deux escadrons, feront la Campagne de Russie sous les ordres du général
    Durosnel et formeront une brigade avec les tartares lithuaniens et le 3ème
    chevau-légers.





    -Officier
    de la gendarmerie d'élite de la Garde impériale (planche 291 de la
    série Martinet)



    Ces gendarmes, qui seront de toutes les campagnes, assurent les missions
    traditionnelles de l'arme : sûreté publique, police dans les divers palais
    impériaux et sécurité du grand-quartier général. Peu souvent engagés au
    cours des batailles, ils sont ironiquement surnommés "les Immortels"
    par le reste de la troupe. Cette appellation est injuste car les gendarmes
    d'élite de la Garde seront mis à contribution lors de nombreux engagements,
    notamment en Espagne, en Russie ou encore à Waterloo.




















    -Gendarme
    d'élite en tenue d'exercice



    Les gendarmes d'élite portent un habit bleu national avec collet de même
    couleur sans liseré. Revers, parements et retroussis sont écarlates; la patte
    des parements est bleue. Les poches de l'habit sont figurées en travers par un
    passepoil écarlate. Les retroussis sont ornés d'une grenade bleue.



    Les gendarmes portent une aiguillette tressée en fil blanc et les épaulettes
    à trèfles de même matière.






    La veste est confectionnée en drap de couleur chamois et la culotte en peau de
    daim.



    -Détails
    de l'uniforme du gendarme d'élite de la Garde





    Les gendarmes de la garde sont coiffés du bonnet "d'ourson" à
    visière noire cerclée de métal blanc et jugulaires en écailles blanches.
    L'équipement du bonnet comprend un cordon de fil blanc à deux raquettes avec
    chacune un gland, et un autre gland sur le sommet de la coiffure; un plumet
    écarlate (ou blanc) fixé grâce à une gousse dissimulée derrière une
    cocarde tricolore.













    L'équipement se compose des buffleteries de couleur jaune bordées d'un galon
    de fil blanc et d'une giberne dont la patelette est ornée d'une aigle
    couronnée. Le ceinturon, de cuir jaune également, est fermé par une plaque de
    couleur blanche avec une grenade jaune en son milieu.



    Le gendarme est armé du sabre des grenadiers à cheval, d'un mousqueton et
    d'une paire de pistolets.


    _________________
    "The golden rule is that those who have the gold, make the rules."


    "Il n'est jamais trop tard quand il s'agit d'admirer Vladimir Poutine."
    Jean-Charles Ier Von Preussen, dictateur et libertin
    avatar
    [Grognard]_Liberalis
    Maréchal

    Général en chef des Grognards
    Maréchal Général en chef des Grognards

    Nombre de messages : 7715
    Age : 34
    Localisation : Kremlin, Russie
    Date d'inscription : 23/09/2006

    Re: La Cavalerie Impériale

    Message par [Grognard]_Liberalis le Mar 20 Jan 2009 - 12:41

    Tartares Lithuaniens















    L'apparition des tartares, de confession musulmane, en Lituanie, pays profondément
    catholique, remonte à la fin du XIVème siècle.



    Venus de la Crimée, ils s'installèrent dans cette région et y fondèrent les
    maisons nobles tartares de la Lituanie.



    Ce sont leurs descendants qui serviront dans la Garde Impériale entre 1812 et
    1814.




    -Tartare
    lithuanien d'après le manuscrit de Freyberg







    Le 16 juin 1812, le général polonais Sakolnichi propose à Napoléon de créer
    un corps franc de tartares. En fait, un seul escadron sera formé et incorporé
    à la Garde.



    Les tartares feront la Campagne de Russie sous les ordres du général Durosnel,
    formant avec les gendarmes d'élite et le 3ème chevau-légers, la 6ème brigade
    de Cavalerie de la Garde.

























    -Officier
    des tartares lithuaniens d'après l'exemplaire du Manuscrit de Marckolsheim








    Fort d'environ 120 hommes, l'escadron tartare payera un lourd tribu au cours de
    cette campagne en perdant son chef d'escadron, dix officiers et 89
    sous-officiers et soldats.






    -Officier
    des tartares lithuaniens d'après le Manuscrit de Marckolsheim








    L'uniforme chamarré des tartares lithuaniens ressemblent au costume oriental
    des mamelouks. A la création de cette unité, les tartares portent un costume
    traditionnel qui varie selon les tribus. Le seul point commun est la flamme de
    couleur verte du shako. Les couleurs dominantes du costume semblent être le
    vert, pour la culotte bouffante et le cramoisi pour le gilet.













    L'armement est également assez hétéroclite : cimeterre ou sabre courbe,
    pistolets et lance à flamme verte et rouge.


    _________________
    "The golden rule is that those who have the gold, make the rules."


    "Il n'est jamais trop tard quand il s'agit d'admirer Vladimir Poutine."
    Jean-Charles Ier Von Preussen, dictateur et libertin
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: La Cavalerie Impériale

    Message par Invité le Mer 6 Juin 2012 - 10:08

    superbe ton sujet, mais que sont les images devenues?
    avatar
    [Grognard]_Cosak
    Général de division

    Nombre de messages : 5516
    Date d'inscription : 25/06/2011

    Re: La Cavalerie Impériale

    Message par [Grognard]_Cosak le Mer 6 Juin 2012 - 11:22

    Pour info : la Lituanie n'ayant aucun rapport étymologique avec la pierre (lithos), il n'y a pas de H dans son nom ou son gentilé.

    Dommage que les images ne s'affichent plus... sujet très intéressant en effet !


    _________________


    Contenu sponsorisé

    Re: La Cavalerie Impériale

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 23 Nov 2017 - 21:20