Communauté francophone de wargaming


    Retraite de la Grande Armée: la biologie réécrit l'histoire

    Partagez
    avatar
    [Grognard]_Liberalis
    Maréchal

    Général en chef des Grognards
    Maréchal Général en chef des Grognards

    Nombre de messages : 7715
    Age : 34
    Localisation : Kremlin, Russie
    Date d'inscription : 23/09/2006

    Retraite de la Grande Armée: la biologie réécrit l'histoire

    Message par [Grognard]_Liberalis le Mer 20 Avr 2011 - 22:17

    Derniers jours de l'armée napoléonienne : la biologie réécrit l'histoire

    Décembre 1812 : ce qui reste des soldats de la Grande Armée de Napoléon quitte Moscou et bat en retraite à Vilnius, en Lituanie.
    Automne 2001 : des ouvriers découvrent à Vilnius une fosse commune, contenant les ossements de centaines de ces soldats,

    dans le quartier de Siaures Miestelis, la "cité du nord", qui abritait
    autrefois une imposante base militaire de l'Armée rouge.


    Fouille du charnier de la Grande Armée de Napoléon à Vilnius
    par l'équipe de l'Unité d'anthropologie (CNRS – Université de la Méditerranée) en mars-avril 2002
    © Olivier Dutour - UMR 6578 CNRS - Université de la Méditerranée


    La
    fouille du charnier et l'étude des vestiges sont conduites par des
    équipes du CNRS, dans le cadre d'une collaboration franco-lituanienne.

    En analysant des prélèvements de terre, de tissus et de dents, les
    chercheurs viennent de montrer que plus de 30% de ces soldats de la
    Grande Armée de Napoléon ont souffert et, pour la plupart, sont morts
    d'infections transmises par des poux lors de la retraite de Russie. Ces
    infections auraient joué un rôle important dans la défaite de l'armée
    française.


    Les poux transmettent différentes bactéries, Borrelia recurrentis, Bartonella quintana et Rickettsia prowazekii, respectivement responsables de la fièvre des poux, de la fièvre des tranchées et du typhus.
    Si
    ces bactéries pathogènes sont connues de longue date (depuis la fin du
    19ème siècle), la description historique des maladies qu'elles causent
    est plus confuse. Les fièvres sont depuis longtemps associées aux
    conditions qui favorisent la multiplication des poux, comme les guerres,
    mais le lien entre ces parasites et le typhus n'a été fait qu'en 1909
    par Charles Nicolle. Certains avancent depuis que les infections
    transmises par les poux ont causé plus de morts que les armes pendant
    les guerres…

    Des témoignages littéraires et historiques
    montrent que les soldats de l'armée napoléonienne étaient infestés de
    poux, et que beaucoup sont morts de fièvre. On pense qu'ils devaient
    souffrir d'infections transmises par les poux, comme le typhus. La
    découverte de la fosse de Vilnius en 2001 a donné l'occasion aux
    chercheurs de vérifier cette hypothèse.

    L'Unité d'anthropologie (CNRS – Université de la Méditerranée) a tout d'abord pratiqué la fouille du charnier, réalisé l'étude anthropologique et l'analyse des restes d'uniformes.
    Les
    prélèvements de terre, de tissus et de dents des squelettes ont ensuite
    été étudiés par l'Unité des Rickettsies et pathogènes émergents (CNRS –
    Université de la Méditerranée), dirigée par Didier Raoult. Ces
    chercheurs ont inventé une technique à base de kérosène pour séparer les
    poux des prélèvements.

    Cinq
    restes de poux, identifiés morphologiquement et par biologie
    moléculaire, ont ainsi été trouvés dans la terre de la fosse et dans les
    restes des uniformes des soldats. La bactérie Bartonella quintana a été retrouvée dans 3 de ces poux, prouvant qu'ils étaient bien vecteurs de maladies infectieuses.


    L'équipe
    de Didier Raoult a également analysé les dents de 35 soldats, grâce à
    une technique qu'elle a développée en 1999, basée sur la pulpe dentaire,
    tissu mou vascularisé de la dent. Quand on ouvre les dents d'un
    squelette, on trouve un reste de pulpe dentaire sous forme de poudre qui
    permet d'analyser le sang de l'individu. On y recherche des fragments
    d'ADN spécifiques des bactéries qui ont contaminé l'individu et transité
    par son sang.
    La bactérie Bartonella quintana a été retrouvée dans la pulpe dentaire de 7 soldats et Rickettsia prowazekii dans celle de 3 soldats.


    Les scientifiques du CNRS apportent la preuve du ravage causé par les
    infections transmises par les poux dans l'armée napoléonienne lors de la
    retraite de Russie.

    Trente pour cent des soldats enterrés à
    Vilnius en souffraient, et une grande partie d'entre eux y auraient
    succombé. Les infections transmises par les poux auraient donc eu un
    rôle très important dans la retraite française de Russie.


    Revenons maintenant en arrière...
    -------------------------------------------------------------------------------


    Fauchés dans la fleur de l'âge par la guerre, par le froid et par
    l'épuisement, la plupart de ces soldats n'avaient guère plus de 20 ans.
    Parmi eux, il y avait même des gamins de 15 printemps, d'intrépides
    batteurs de tambour.
    Le XIXe siècle était jeune encore.
    "Il neigeait… Pour la première fois, l'aigle baissait la tête. Sombres jours !" s'écrie Victor Hugo. "Laissant derrière lui brûler Moscou fumant",
    Napoléon quitte ses hommes épuisés à Vilnius, capitale de
    l'ex-grand-duché de Lituanie, alors captif de l'empire des tsars. Six
    mois plus tôt, l'empereur français et sa Grande Armée y étaient
    accueillis en libérateurs.


    La retraite de Russie par Adolph Northern



    En novembre 2001, à Vilnius, les excavateurs préparant la pose de
    câbles et de canalisations s'arrêtent brutalement de creuser...
    à
    8 mètres de profondeur, ce n'est plus de la terre qu'ils déblaient,
    mais des ossements, des crânes clairement identifiables, des fémurs, des
    tibias… La police boucle le site.
    La ville se perd en conjectures.
    S'agit-il de victimes de l'occupation nazie ? Ou encore celles du KGB
    (tels les quelque 700 partisans lituaniens en lutte contre l'occupant
    soviétique, exécutés pour la plupart entre 1944 et 1947 et retrouvés en
    1994) ?
    Il en reste des milliers à mettre au jour. Une rumeur fugace
    évoque les morts de la grande peste qui a ravagé la ville au milieu du
    XVIIe siècle...


    Un charnier de 1700 hommes et femmes au minimum
    Bientôt,
    à mesure que l'on exhume les squelettes entassés par couches
    successives, apparaissent des fragments de tissu, des boutons d'uniforme
    portant le numéro d'un régiment, et même une pièce de monnaie intacte
    frappée du profil napoléonien.


    "A la mi-novembre, il est devenu évident que ces restes humains étaient
    ceux des soldats de l'Armée française impériale parvenus ici en
    décembre 1812, lors de la retraite de Russie",
    souligne Rimantas
    Jankauskas, anthropologue à la faculté de médecine de l'université de
    Vilnius, qui a dirigé les fouilles au sortir de l'hiver avec l'aide
    d'Olivier Dutour, l'un de ses pairs venu de Marseille.

    A ce jour, c'est la première fois qu'un tel charnier est découvert.

    "Il compte un minimum de 1 700 hommes, dont 5 seulement ont passé la
    cinquantaine, sans doute de haut gradés, et 27 femmes - les cantinières,
    précise Jankauskas. Sans oublier la carcasse de 5 ou 6 chevaux."


    Ses relevés démontrent que la taille des gardes impériaux était d'au moins 1,84 mètre, des géants pour l'époque.

    Pêle-mêle, les cadavres des officiers et des sans-grade ont été jetés
    dans des tranchées défensives creusées l'été précédent à Vilnius, durant
    la marche vers Moscou.



    Des pertes effroyables

    Forte de quelque 500 000 hommes, les meilleurs guerriers d'une
    vingtaine de nations européennes, de 90 000 chevaux, 1 200 "bouches à
    feu", la Grande Armée se croyait encore invincible lorsqu'elle passa le
    Niemen en juin 1812.

    Au retour, elle avait perdu plus 90% de
    ses effectifs, sous les effets conjugués des pénuries d'eau et de
    ravitaillement, des épidémies et des batailles (rares, car l'adversaire se dérobe, mais meurtrières de part et d'autre).

    Au
    sortir de la Berezina, en ce terrible hiver, les températures
    s'effondrent à - 30 degrés. Les doigts se collent à l'acier des armes,
    les pieds gèlent, la glace soude les paupières. Sans abri, c'est la mort
    assurée. Certains se jettent dans les maigres feux de bivouacs. La faim
    au ventre, on dépèce les chevaux vivants.


    Les Cosaques sur les talons, 40 000 à 50 000 survivants espéraient
    Vilnius comme le salut. Nombre d'entre eux y trouvèrent un tombeau...

    Dans
    un monastère, un hôpital de campagne fut établi à la hâte. Robert
    Wilson, observateur militaire britannique auprès de l'état-major russe,
    en laissa une description apocalyptique :
    "7 500 cadavres étaient entassés les uns sur les autres dans les
    couloirs […] les fenêtres cassées et les murs étaient colmatés par des
    membres amputés, des pieds, des mains, des torses ou des têtes"...



    La dernière demeure des soldats de la Grande Armée
    Dans
    une salle de cours de la fac de médecine, des dizaines de sachets
    funéraires blancs contiennent les dépouilles de ces grognards de
    l'Empire. Des centaines d'autres attendent dans une chapelle leur ultime
    sépulture. A cette fin, Arturas Zuokas, le maire de Vilnius, a suggéré
    le cimetière d'Antakalnis (le plus prestigieux de toute la Lituanie, où reposent artistes, grands hommes et défenseurs de la patrie).

    Avec
    douceur, Rimantas Jankauskas manipule les ossements, montre la trace
    des fractures, les déformations dues à l'équipement ou encore à la
    syphilis chronique dont souffraient nombre de soldats. Manipulant des
    mâchoires, il montre la béance des caries (jamais soignées) et l'encoche
    créée par la pipe qu'un soldat de 20 ans mordait de toutes ses forces.

    La
    Lituanie a gardé vivace le souvenir d'un général corse, maître d'une
    bonne partie de l'Europe, qui se voulait l'héritier des Lumières. Bien
    avant qu'il ne pose le pied sur la terre lituanienne, elle l'attendait :
    "A cette époque, seul Napoléon
    aurait pu nous libérer de l'empire russe, estime l'historien Virgilius
    Pugaciauskas. Déjà en 1807, l'aristocratie lituanienne lui avait envoyé
    une délégation à Tilsit, l'invitant à venir ici."


    Durant
    les dix-neuf jours qu'il passa à Vilnius en juin 1812, l'homme
    providentiel s'était gardé de restaurer un Etat lituanien indépendant.
    Plutôt réticent à cette idée, il plaça l'un de ses généraux à la tête
    d'un gouvernement provisoire.

    "Mais il avait procédé de la même façon en Pologne avant de reconstituer
    le grand-duché de Varsovie, et l'élite, ici, espérait qu'il agirait à
    l'identique."


    Des rumeurs annonçaient que l'empereur français abolirait le servage (ce que redoutait par-dessus tout le tsar de toutes les Russies) et appliquerait son fameux Code civil. Hélas ! L'expédition a tourné au désastre !
    Certes, "il neigeait, il neigeait toujours", répète en leitmotiv Victor Hugo, mais le stratège a péché par "méconnaissance de l'ennemi", affirme Virgilius Pugaciauskas.

    Et
    il n'est resté à la Lituanie que la trace mythique d'un immense espoir,
    et une dizaine de chênes sous lesquels le "libérateur" aurait passé la
    nuit. Sur place sont demeurés quelques dizaines de Français qui ont fait
    souche, lorsqu'ils ont pu échapper aux Cosaques.




    Source: CNRS


    Merci à Soult pour avoir partagé cette info.


    _________________
    "The golden rule is that those who have the gold, make the rules."


    "Il n'est jamais trop tard quand il s'agit d'admirer Vladimir Poutine."
    Jean-Charles Ier Von Preussen, dictateur et libertin
    avatar
    [Grognard]_Christ2burd
    Général de division

    Nombre de messages : 4413
    Age : 57
    Localisation : Plage centrale d'Hossegor - France
    Date d'inscription : 28/05/2007

    Re: Retraite de la Grande Armée: la biologie réécrit l'histoire

    Message par [Grognard]_Christ2burd le Mer 20 Avr 2011 - 22:27

    Émouvant - merci


    _________________
    «Les Basques ayant épuisés leurs cartouches et ne pouvant plus tirer attachèrent leurs couteaux au bout de leurs fusils et taillèrent en pièce les Espagnols»
    En 1642, Bayonne revendiquait la paternité de cette nouvelle arme

    avatar
    Soult
    Mis aux arrêts

    Nombre de messages : 38
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 15/04/2011

    Re: Retraite de la Grande Armée: la biologie réécrit l'histoire

    Message par Soult le Mer 20 Avr 2011 - 22:45

    voilà suite avec quelques photos....je continue mes recherches. Smile

    Mise au jour d'une fosse commune
    de la Grande Armée à Vilnius (Campagne de 1812)


    http://www.histoire-empire.org/articles/vilnius.htm

    edit: un article des invalides avec des photos supplémentaires:

    http://www.invalides.org/pages/dp/parcours%20napoleon/fo-vilnius.pdf

    un livre sur les fouilles:

    Les oubliés de la retraite de Russie. Vilna 1812-Vilnius 2002 http://www.myboox.fr/livre/les-oublies-de-la-retraite-de-russie-vilna-1812-vilnius-2002-24556.html

    [url=scènes]http://www.youtube.com/watch?v=m-dEqgMg2Cc[/url]
    avatar
    l'Aigle
    Membre Honoraire

    Nombre de messages : 153
    Age : 40
    Localisation : France Sud-Ouest
    Date d'inscription : 01/02/2011

    Re: Retraite de la Grande Armée: la biologie réécrit l'histoire

    Message par l'Aigle le Jeu 21 Avr 2011 - 10:46

    Il y a un reportage complet d'une heure et demi sur ces fouilles, magnifique reportage ou y voit et apprend plein de choses sur la grande armée.

    Les détails sont impréssionnants, on se rend compte de la diversité des troupes, jusqu'ou ils sont allés dans la déchéance et l'enfer qu'ils ont vécu, et tout ce gaspillage de vie humaine... pour la plus grosse erreur tactique de l'Empereur, tous ces hommes abandonnés...



    _________________
    La vérité historique est souvent une fable convenue.

    Les règlements sont faits pour les médiocres et les indécis ; rien de grand ne se fait sans l'imagination.

    Une belle femme plaît aux yeux, une bonne femme plaît au coeur ; l'une est un bijou, l'autre un trésor.

    La noblesse aurait subsisté si elle s'était occupée davantage des branches que des racines.

    La révolution doit apprendre à ne pas prévoir. Impossible n'est pas français !

    Napoléon 1er

    avatar
    [Grognard]_Jean-Charles I
    Général de division

    Nombre de messages : 6251
    Age : 31
    Localisation : Fontainebleau
    Date d'inscription : 04/04/2007

    Re: Retraite de la Grande Armée: la biologie réécrit l'histoire

    Message par [Grognard]_Jean-Charles I le Jeu 21 Avr 2011 - 10:48

    J'avais vu un reportage/docu anglais sur ce sujet de Vilnius, mais il n'y avait pas les conclusions sur les pathologies.

    C'est assez remarquable!

    Ils se sont intéressés à la taille des poux?

    Sont-ce les fameux "cuirassiers russes"? Les fameux poux qu'on attrapait en campant dans les camps de Cosaques? 1812, première guerre bactériologique?

    Intéressant!


    _________________
    « Si, à la guerre, il est difficile de deviner un adversaire compétent, c’est encore plus difficile de deviner un adversaire incompétent. »

    Heinrich Leer, historien et théoricien militaire russe
    avatar
    Soult
    Mis aux arrêts

    Nombre de messages : 38
    Localisation : Paris
    Date d'inscription : 15/04/2011

    Re: Retraite de la Grande Armée: la biologie réécrit l'histoire

    Message par Soult le Jeu 21 Avr 2011 - 13:48

    J'aimerai bien retrouver ce reportage.

    vous avez son nom? le réalisateur, l'année?

    Merci à vous Smile

    Contenu sponsorisé

    Re: Retraite de la Grande Armée: la biologie réécrit l'histoire

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 25 Nov 2017 - 5:00